Archives mensuelles :

octobre 2012

BRUNO EMMÈNE SA DOUCE EN GS SUR LES CÔTES ADRIATIQUES

BRUNO & MAŸLIS SE CONCOCTENT UN TRIP MOTO AUX PETITS OIGNONS: CAP SUR  L’ALBANIE.

Propos & images de Bruno C.

omment est né ton projet de voyage ?

Pour ce voyage, nous voulions trouver de l’inconnu, aller dans un pays préservé du tourisme de masse et qui serait à portée de notre GS en partant de France sur 3 semaines. En consultant la carte de l’Europe, plusieurs options ont retenu notre attention, dont l’Albanie, ce tout petit pays tout au Sud de la côte Est de la mer Adriatique. Après quelques semaines d’hésitation, nous nous décidions à faire le tour de cette mer en descendant l’Italie pour prendre un bateau au port de Bari et nous rendre en

Albanie, y passer quelques jours avant de rentrer en traversant les pays de la côte Est de la mer.

Comment as-tu préparé ton trip?

L’aspect logistique a été vite plié: une 1200GS, de quoi camper et un appareil photo.

La préparation d’un tel voyage a requis l’emploi d’une méthode extrêmement sophistiquée: il s’agit de repérer les centres d’intérêt sur des cartes routières en collant des gommettes (si possible de type « mini postit plastifié », le haut de gamme de la gommette), puis de relier les gommettes entre elles en cherchant le meilleur itinéraire qui est le compromis entre nombre de gommettes reliées, le temps passé sur chaque centre d’intérêt, et le respect du délai impartit.

Un tel travail peut être complété en renseignant dans un fichier excel les étapes sélectionnées, et en y indiquant les distances et temps de trajet (en séquentiel et en cumulé) entre chacune d’elles, ce qui permet de valider la faisabilité globale de l’itinéraire.

Cette méthode permet effectivement de préparer le voyage, mais permet surtout de s’occuper quand il y a encore plusieurs semaines de boulot à « gérer » avant que le jour du départ n’arrive.

Côté mécanique, je pense qu’il ne faut emporter que ce qu’on est capable d’utiliser soit même. Inutile d’emmener un filtre a air si on ne sait même pas ou il se trouve dans la moto. Personnellement j’embarque comme outils uniquement ce qui peut tenir dans la trousse rangée en dessous de la selle de la GS, soit quelques clés allènes, 3 clés plates, 1 pince multi et 1 tournevis. J’emmène également un bidon d’huile moteur, car la GS adore ca … elle en consomme environ un demi litre tous les 4 à 5000 kms. Pour finir j’emmène de quoi effectuer une réparation temporaire sur un pneu crevé, c’est-à-dire une bombe anti crevaison et un kit de réparation contenant des chevilles en caoutchouc et 3 cartouches de CO2.

Pourquoi avoir choisi cet itinéraire ?

Le choix de l’itinéraire devait répondre à deux enjeux: plaisir de rouler à moto et visites touristiques variées. Trouver un bon équilibre entre les deux a été relativement aisé, compte tenu des endroits traversés.

La mer et la montagne se côtoient  quasiment partout autour de l’Adriatique. Il y a aussi une immense diversité dans les intérêts touristiques: gastronomique (notamment en Italie), culturel (mer tour a tour dominée par les Grecs, les Romains et les Ottomans) et naturel (riviera Albanaise, baie de Kotor au Monténégro ou parc national de Plitvicka Jezera en Croatie).

Pour ce qui est du plaisir de conduire, je recommande le trajet Florence Sienne par la nationale SS222 qui traverse la campagne Toscane, et les SH4 (asphalte + piste) puis SH8 qui traversent l’Albanie du Nord au Sud.

Comment as-tu été accueilli sur place ?

Le pays où nous avons été le mieux accueillis par les habitants est l’Albanie. Les Albanais avec lesquels nous avons eu quelques échanges ont été très sympathiques. Ils nous ont à plusieurs reprises offert leur aide spontanément. Leur attitude envers les voyageurs est naturelle et sincère, on ressent aisément à leur contact leur envie d’échanges avec les étrangers. Ils conservent cette curiosité naïve propre aux peuples qui n’ont pas encore été inondés par le tourisme de masse.

Nous avons trouvé l’exact opposé en Italie.

As-tu croisé la route d’autres motards?

Les pays que nous avons traversés sont très facile d’accès pour voyager. En dehors de l’Albanie, ou nous n’avons croisés que trois motards italiens, les autres pays que nous avons traversés sont très fréquentés par les motards Allemands, Italiens, Autrichiens quelques Espagnols et bien entendu beaucoup de Français.

Une rencontre t’a marquée en particulier ?

Les rencontres ont été brèves car nos étapes ont servi a faire beaucoup de tourisme conventionnel et nous avons toujours dormi dans les campings. Mais je me rappelle clairement de la curiosité et de la bienveillance des Albanais avec qui nous avons un peu échangé.

Quelle a été ta plus grosse galère ?

Bien heureusement le voyage s’est déroulé sans aucun problème. Je pourrais bien citer la chaleur torride ou bien un ou deux murs de pluie d’orage, mais je préfère considérer que cela fait partie de l’expérience du voyage et que cela participe à la satisfaction éprouvée en se remémorant le périple.

Et ta plus belle expérience ?

Découvrir, au fond d’une crique cachée dans le sud de l’Albanie, une base secrète de la CIA, installée dans une ancienne base sous marine secrète de l’armée soviétique qui devait très certainement abriter des sous marins secrets pendant la guerre froide.

Quel accessoire t’a été le plus utile ?

Incontestablement les sacs étanches pour ranger le bazar à l’intérieur des valises de la moto, et protéger les affaires de l’humidité. Mais j’avoue que la pompe électrique pour gonfler le matelas est également très pratique.

Et le moins utile ?

Si je devais n’en citer qu’un, je dirais que l’objet le plus inutile a été le second appareil photo. Mais même si le voyage en moto impose de faire super lean niveau bagage (surtout à deux sur une moto et qu’on campe), on emmène toujours des objets superflus, en voici un extrait:

-deux tel portable (donc deux alim), un seul suffit

-6 slips, 3 suffisent (d’autant plus qu’ils ont 4 faces chacun)

-6 paires de chaussettes, 3 suffisent

-gel douche + shampoing + savon spécial visage … un seul gel douche/cheuveux hypoallergénique suffit

-liste non exhaustive

A 26 balais, as tu beaucoup d’amis motards qui voyagent de la sorte? Un petit conseil pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure ?

Soyez sûr de votre moto, il y a des endroits ou il vaut mieux éviter la panne sévère

Non malheureusement, à vrai dire aucun de mes amis ou connaissances motards ne se lance dans ce genre de road trip en moto. Je pense que le road trip à moto est une passion qui correspond à un certain état d’esprit. Il est vrai que les motards que l’on rencontre généralement en voyage sont des gens qui sont plus proche de la 40aine.

Un projet en préparation ?

Dans l’immédiat, aucun projet en préparation. Cependant nous avons bien entendu déjà plein d’idées pour la prochaine opportunité de partir. La destination sera peut être L’Islande ou le Maroc ou d’autres pays accessibles en ferry … Une chose est certaine, ce sera en GS !