Actus Mono 500

Découvrez toutes les actualités de mono500 sur notre blog. Des actualités sur nos voyage, des interviews, des photos et des vidéos

[PRESSE] La quête du graal : rouler en Patagonie en Royal Enfield

Pour les motards en quête de voyages, vous pouvez retrouver l’intégralité de l’article dans le numéro 53 de Road Trip Magazine, en kiosque dès aujourd’hui !

On attend d’un voyage à moto qu’il offre chaque journée sa dose de dépaysement, d’adrénaline, d’émerveillement et de belles rencontres. Pour collecter les meilleures adresses, dénicher les petits coins de paradis et valider la cohérence des étapes, rien de tel que de prendre la route pour partir en reconnaissance sur le terrain. C’est ce que sont partis faire Gauthier et Lucio de l’agence Mono 500 cette année en Patagonie. Retour sur leur repérage en Royal Enfield des lacs argentins aux volcans chiliens de la Cordillère des Andes.

De Salta à Bariloche, 4000 bornes me séparent de mon ami Lucio. Depuis des années il me tanne pour que je vienne rouler avec lui en Patagonie. Cet argentin originaire de la Pampa , a tout comme moi la passion de la route et de la belle mécanique. 15 novembre, je débarque chez lui avec l’objectif ramener un nouvel itinéraire entre l’Argentine et le Chili.

En quittant la ville de San Carlos de Bariloche, nous nous dirigeons tout d’abord vers Villa la Angostura, première étape de notre parcours. Au guidon d’une Royal Enfield 500, nous suivrons les mêmes routes que celle empruntées en 1952 par le jeune docteur Ernesto « Che » Guevara sur sa Norton 500, au début de son voyage initiatique à travers le continent américain.

C’est le début de la découverte d’une région que l’on surnomme « la Suisse argentine ». Pour ses paysages tout d’abord. Les sommets enneigées, les grands lacs et les forêts de conifères primaires rappellent étrangement l’Helvétie. Nous passons notre première nuit dans un chalet isolé niché au coeur des montagnes, au bord du lac Calafate. Au programme de demain, cap vers le nord pour découvrir la mythique route des sept lacs.

Pour cette première étape de 250 kilomètres, nous sortons des circuits touristiques traditionnels et passons par les chemins de traverse afin d’arriver à Junín de Los Andes. Pendant plus de la moitié de la journée, nous roulons sur des petites pistes roulantes qui tutoient les étendues d’eau turquoises et les vallées verdoyantes. Autour de nous, des montagnes aux écosystèmes préservés forment le territoire traditionnel des indiens Mapuche, qui habitaient majoritairement la région avant l’arrivée des espagnols et dont la langue et la religion occupent encore une place forte dans la culture locale. Ces natifs cohabitent avec les fameux Gauchos ,  « cow-boys » de Patagonie que l’on peut croiser à cheval le long des routes. En remontant les Andes, nous prenons rapidement de l’altitude et faisons une halte rapide pour casser la croûte aux abords d’un lac gelé. Etrangement, les températures restent agréables et la balade à moto sur les sommets est jouissive en l’absence de toute circulation. Nous passons notre dernière nuit en terre argentine sur les berges du lac Aluminé, à proximité du parc national Laguna Blanca, avant de mettre le cap en direction du Chili…

La suite à découvrir dans le numéro 53 de Road Trip Magazine… en kiosque dès aujourd’hui !

POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

Votre « Pack baroudeur » KYTONE Offert !

Mono 500 et la marque de vêtements moto Kytone s’associent pour vous offrir votre « pack baroudeur »  pour partir sur votre prochain voyage à moto. Réservez votre place « pilote » sur l’un des voyages Mono 500 organisé en 2019 et recevez directement chez vous ces 3 superbes articles de la marque pour voyager bien équipé et avec classe ! *

OFFRE VALABLE DU 15 JANVIER AU 20 FÉVRIER 2019

du 17 au 25 mars ( 1 moto)
du 7 au 15 avril ( 1 moto)
du 21 au 29 avril ( 3 motos)
Autres dates…

du 21 au 30 mars ( 3 motos)
du 20 au 29 octobre (6 motos)
du 5 au 14 novembre (6 motos)
Autres dates…

du 28 avril au 8 mai (7 motos)
du 12 au 22 mai (5 motos)
du 7 au 17 juillet (5 motos)
Autres dates…

du 13 au 21 avril ( 6 motos)
du 29 juin au 7 juillet ( 2 motos)
du 28 juillet au 5 août ( 4 motos)
Autres dates…

du 18 au 22 mai ( 6 motos)
du 8 au 19 juin (6 motos)
du 31 août au 9 sept. (5 motos)
Autres dates…

Votre Pack Baroudeur

Pot'cho Etnic

Ce poncho multi-usages deviendra vite votre meilleur allié en voyage. Avec une face en coton waxé déperlant et l’autre en tissu ethnique, il vous tient chaud et protège de la pluie, se transforme en toile de tente grâce à ses œillets et se déploie en couverture pour un pique-nique improvisé… Un must que les équipes de Mono 500 ont déjà adopté !
Prix public : 185€

Plus d'infos sur le Pot'cho Kytone

Tour de Cou

Testés et approuvés sur tous les terrains ! Les tours de cou Kytone sont conçus à partir d’un tissu respirant, élastique et anti-bouloche. Il vous protège du vent et de la poussière tout en évacuant l’humidité. Vous avez déjà voyagé avec Mono 500… ? Vous possédez sans doute le modèle original créé en partenariat avec Kytone. Ne ratez pas l’occasion d’étendre votre collection avec l’un des 10 motifs originaux proposés par la marque !
Prix public : 25€

Plus d'infos sur les tours de cou Kytone

Mug Play Mate

Une pause café entre deux virages ? Dégainez votre tasse émaillée pour un instant réconfortant. Cet accessoire incassable et inusable est à emporter partout. Avec son look « années 50 », il vous accompagnera en voyage moto, à la maison ou au bureau. Un must !
Prix public : 16€

Plus d'infos sur le Mug Emaillé Kytone

* Offre valable pour toute réservation d’une place « pilote » sur un voyage Mono 500 entre le 15/01 et le 20/02. La date de départ du circuit sélectionné doit être comprise entre le 1er mars et le 31 décembre 2019 sur l’une des 5 destinations proposées par l’agence. Non cumulable avec d’autres remises, non applicable aux réservations de groupe (départ privé). Cadeaux d’une valeur marchande égale ou supérieure à 230€ Dans la limite des stocks disponibles – photo non contractuelle

stage moto

Prendre la piste à moto mais avec plaisir et en sécurité

Passionné du voyage à moto ? Pourquoi ne pas essayer le road trip pour aller plus loin et sortir un peu des routines quotidiennes ?

Vous voulez prendre la piste mais n’êtes pas certain de vos aptitude?stage moto

Il n’y a rien de mieux que des stages de moto personnalisés dans une région où il y a tant de choses et de lieux à découvrir. C’est un moyen d’allier votre passion pour la moto et votre esprit d’aventure et de découverte. Cette fois-ci, nous vous livrons un très bon plan pour apprendre à bien rouler sur tous les terrains. Avec une telle expérience, tous les voyages Mono500 seront une partie de plaisir!

Un stage de pilotage s’impose?

Au guidon de votre moto, avec des stages de pilotage moto, vous pouvez vivre des moments forts sur des pistes sauvages en toute sécurité. Vous aurez l’opportunité de parfaire vos techniques de pilotage comme la vitesse, la maniabilité, les freinages, les montées, les descentes, etc. Vous allez découvrir de nouvelles astuces pour mieux piloter, peu importe la qualité de la piste.

stage motoVous vous demandez sûrement “ pourquoi des stages personnalisés ? “. Vous aurez des solutions (matériels, itinéraires, etc.) et des approches (conseils, accompagnement, etc.) adaptées à votre niveau et vos compétences en termes de technique de pilotage de moto. Vos accompagnateurs vous feront preuve d’une grande patience et de détermination dans les approches pédagogiques.

Air Globe Vintage Trail est LA référence!

Faites confiance à Julien Barthélémy et son équipe dynamique pour vous emmener à la découverte de l’Aveyron sur ces circuits variés, sportifs et très enrichissants.

Julien Air globeAir Globe possède sa propre piste d’apprentissage tout terrains, sa propre flotte de trails vintages Honda Africa Twin. Leurs instructeurs sont diplomés et rodés au célèbre rallye Dakar.

En location ou avec votre moto, vous évoluez sur une belle piste privée: Maniabilité, vitesse, freinages, montées, descentes… toutes les astuces pour un pilotage sécurisant !

Prenez contact avec eux:

https://www.vintage-trail.com/
Tel: +33 6 20 76 95 28
@: ecole.moto »@ »gmail.com

Témoignages:

José :

Ballade extra, encadrement attentif et professionnel, on se sent super bien. Magnifiques paysages. À refaire absolument.
Merci Julien.

Laurent :

Merci Julien, pour l’ensemble des conseils que tu nous as transmis avec patience, détermination et pédagogie
Merci de nous avoir fait découvrir une région magnifique et pleinement adaptée à la moto, un vrai régal !
A bientôt pour d’autres apprentissages !

Guillaume :

Un stage personnalisé pour ma part que j’ai vraiment trouvé parfait sur tout point.
Du sérieux, de l’écoute, des consignes très détaillées bref du professionnalisme que l’on ressent toute la journée mais aussi de la sympathie qui apporte une ambiance parfaite!
Quand on part d’un stage comme celui-ci, il nous tarde déjà le prochain!!!

Stéphanie:

Excellente journée de stage privé. Julien c’est complètement adapter à nos différents niveaux. Des consignes détaillées, une écoute et un gros professionnalisme. Merci Julien, pour la partage de tes connaissances ta patience et ta sympathie. Grosse évolution en une journée grâce à tes connaissances.
À refaire .

[Presse] Rouler à Madagascar en Royal Enfield

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Cédric Donck, co-associé de Mono 500, dans le prochain Road Trip Magazine, n°49 à paraître fin juillet.

Pouvez-vous nous présenter la nouvelle destination que vous proposez aujourd’hui ?

Madagascar est surnommée l’île rouge. Ces paysages de latérite, ses baobabs et ses lémuriens sont connus de tous. Mais le pays regorge de bien d’autres richesses.
Il offre une très grande variété de paysages que les parcours de Mono500 mettent parfaitement en lumière : les hautes terres ressemblent à l’Auvergne, suivent ensuite des paysages de rizières qui font penser au Vietnam, des massifs érodés semblables à ceux d’Afrique du Sud, puis quelques de kilomètres plus loin, on se croirait dans les canyons du Colorado avant de traverser la savane kenyane pour aboutir sur une plage qui n’a rien à envier à celles des Caraïbes… Tout un programme !

Les paysages époustouflants ne sont pas le seul attrait de ce pays. Mono500 souhaite faire découvrir le pays dans tous ses aspects : comprendre les traditions, découvrir l’artisanat, sans oublier la gastronomie – car oui, à Madagascar on mange bien, et même très bien -.
Pour couronner tout ça,  il ne faut pas oublier de mentionner la qualité de l’accueil sur place. Les malgaches sont d’une gentillesse sans égale, la pratique du français par la grande majorité de la population permet des contacts aisés, et les gens ne sont jamais avares de sourires, d’une petite conversation improvisée ou d’un selfie en compagnie des voyageurs.

A qui s’adresse un circuit tel que celui-là ?

Mono500 a un positionnement clair : nous voulons offrir des destinations authentiques à des voyageurs qui savent l’apprécier. Nous refusons l’industrialisation du voyage moto. Les groupes que nous guidons sont petits (6 à 8 motos), nous prenons le temps de découvrir le pays et nous choisissons des hébergements de qualité. Voyager en Royal Enfield, c’est un art de vivre, c’est combiner liberté et convivialité. Les guides sont l’âme de Mono500, ils connaissent le pays, savent réparer les motos mais surtout créer des liens entre les voyageurs une fois arrivés à l’étape.

Pourquoi avoir choisi des Royal Enfield pour ce nouveau trip ? Des trails n’auraient-ils pas été plus indiqués ?

Royal Enfield est profondément inscrit dans l’identité de Mono500. C’est une façon de voyager que nous aimons. Polyvalente, cette moto permet de prendre du plaisir sur la route comme sur la piste. Nous ne cherchons pas à attirer les fous du guidon, le pays est beaucoup trop beau pour ça. Nous cherchons à attirer des pilotes – souvent accompagnés par un passager – qui veulent vivre une expérience de découverte en toute liberté et à un rythme raisonnable. 200 à 250 kilomètres par jour sur des routes pas toujours bien entretenues vous permettent d’arriver à l’étape avec le sentiment d’avoir bien roulé et d’avoir encore envie de boire un verre avec vos amis.

La suite à découvrir dans le prochain Road Trip Magazine…

« Père-Fils », le Voyage Événement

Loin de la frénésie du quotidien, des écrans de Iphone, loin des obligations professionnelles et familiales… Prenez le temps de vous reconnecter, de sortir du schéma établit, et de vous offrir une parenthèse de complicité hors des sentiers battus.

Osez l’aventure à moto « PÈRE – FILS » !

Du 11 au 22 février en Colombie, Mono 500 vous propose un voyage évènement unique à partager en famille

De Bogota  à Carthagène, ce road-trip de 12 jours à travers les plus belles régions colombiennes vous invite à vous recentrer sur l’essentiel, partager une aventure intergénérationnelle en valorisant l’esprit d’aventure, de combativité et de partage.

Découvrez la Colombie à moto

Musée de la photographie Madagascar

Le Musée de la photographie, le prélude d’un voyage à Mada

Musée de la photographie Madagascar

Un nouvel héritage s’est laissé trouver par des pionniers qui défrichent le champ de la photographie malgache. Un musée dédié à la photographie a ouvert ses portes le jeudi 15 février. Si celui-ci s’impose déjà comme nouvelle attraction touristique, bien d’autres enjeux en découlent.

La naissance d’un patrimoine culturel malgache

Il y a de cela 5 ans…

Un partenariat entre Cedric Donck – entrepreneur passionné – et Helihanta Rajaonarison – professeur d’Histoire – en 2013, marque la naissance d’un nouveau patrimoine culturel malgache “ Le Musée de la Photographie ”. C’est d’abord en tant qu’institution virtuelle que le Musée prend forme avant de fêter son jubilé par l’ouverture officielle de sa nouvelle adresse à la Maison des maires, dans la Haute Ville, à Anjohy. Aujourd’hui, il est ouvert à tous ceux désireux de connaître l’Histoire de Madagascar à travers plus de 4500 photographies datant de la précolonisation à l’indépendance.

Pour le co-fondateur, c’est une passion devenue projet

Cedric Donc musée de la photo madagascarNé à Antsirabe, une ville nichée dans les hautes terres de Madagascar, Cedric Donck, entrepreneur et mécène d’origine belge, cultive un attachement particulier pour son île natale. Son investissement dans la Start-up Malgacho-Belge Smartelia annonce déjà, un an plus tôt, le début d’une belle collaboration avec Madagascar. Voulant de surcroît agir au profit de la culture malgache, le CEO de Virtuology s’est vu initier le fabuleux projet d’un musée qui relate l’histoire de la grande Île.

Le Musée de la Photographie, la conquête d’un héritage épars

Quels enjeux ?

salle projection musée photo madagascarLa vision de préserver et de valoriser le patrimoine photographique malgache règne au coeur de ce projet. Méconnus de ses héritiers et dispersés à travers les musées et certains particuliers, ces trésors devaient permettre d’une pierre deux coups aux Malgaches de s’approprier leur patrimoine photographique et assurer de nouveaux champs de recherche aux étudiants et chercheurs. Dans cette perspective, le Musée acte dans la collecte, la numérisation et la mise en ligne de sa collection qui relate l’époque entre 1860 à 1960. À ces missions s’ajoutent la constitution d’une base de données photographique et l’édition d’ouvrages historiques, sans oublier la création d’un musée physique.

Par quels moyens ?

Extérieur musée de la photo madagascarPour ce faire, le Musée s’est associé à des organismes, entre autres la Direction des Archives nationales, mais également à des particuliers propriétaires d’archives photographiques, convaincus de l’intérêt de ce projet. Celui-ci oeuvre également dans la mise en place de son site web qui propose aux internautes une base de donnée disponible pour les recherches.

Le Musée, une adresse incontournable pour la découverte de l’Île rouge

Madagascar, la prochaine destination de Mono 500

Cette année, nous avons choisi une des destinations les plus pittoresques : “L’île rouge”. Madagascar regorge de coins extraordinaires qui promettent une expédition aventureuse exactement comme nous les aimons. La richesse et la diversité de sa faune et de sa flore offriront un magnifique décor à notre excursion. Mais avant de profiter de la beauté  exceptionnelle du pays, nous considérons comme important de commencer le voyage en s’imprégnant de son histoire. Rien de mieux que des photos pour illustrer son passé !

Le Musée, point de départ de tous nos voyages à Mada

extérieur musée photo madagacarAu menu du voyage ? Tout d’abord une journée dédiée à la découverte de la Capitale qui débutera par la visite du Musée de la Photographie. Le séjour se poursuivra ensuite sur les routes d’Ampefy et de Tuléar avec la balade à moto. Nous sillonnerons les plus belles routes de la terre rouge, dont des pistes encore inédites s’étalant sur 1300 km. Les arrêts seront pimentés par l’accueil de fabuleux gîtes qui nous feront profiter, tant de l’incroyable paysage que de la savoureuse cuisine locale.

La Colombie : Un repérage haut en couleur

Partir à la découverte de la Colombie, se laisser happer par sa culture et ses traditions, saisir une ambiance et fouiller la moindre route, la moindre piste, telles étaient mes missions en ce mois de juin 2017.

Vous vous êtes peut être déjà fait la réflexion : “La Colombie? Ce n’est pas dangereux de voyager là bas ?”

Mais si vous acceptez de remettre en cause quelques clichés et idées prêt conçues, si vous êtes prêt à effacer des images et des souvenirs médiatiques douloureux de l’histoire nationale colombienne, et si vous avez envie d’installer la nouvelle version : “Colombie 2017” dans votre système culturel, alors cet article est fait pour vous !

Je me poserai volontiers, le temps de celui-ci, comme un fervent défenseur de la réalité et de l’optimisme général, trop souvent éclipsé par d’éphémères flash infos.

Alors, pourquoi la Colombie ? Mono500 et moi-même ne nous sommes pas lancés à l’assaut de ce pays aveuglément. Nous en avons longuement discuté, nous avons fait de nombreuses recherches, et nous avons contacté de nombreuses connaissances sur place. Il y a plus de 4 ans, je traversais ce merveilleux pays à vélo. C’est donc à la force de mes mollets que j’ai fait sa première rencontre. Quelques années et quelques kilos plus tard, à bords d’un pot de yaourt monté sur 4 roues motrices, je repars à la découverte de ce pays avec une grande excitation.

La Colombie est chargée d’histoire, elle est le théâtre d’un mélange étonnant entre passé colonial, culture indigène et modernisation. Situé à l’extrémité nord de la cordillère des Andes, elle offre des environnements naturels riches et variés.

J’ai fais ma première halte à Medellin, c’est le deuxième poumon de la Colombie, après Bogota, la capitale. Medellin est une ville en pleine effervescence. Loin de son image hollywoodienne, elle bat depuis plus de 10 ans au rythme des jeunes entrepreneurs, des start-up, de ses cafés et de ses restaurants plus branchés les uns que les autres. D’énormes progrès sociaux sont en cours, la modernisation et la réhabilitation d’un grand nombre de quartiers est flagrante. Medellin est passée de la ville la plus violente de Colombie à la ville la plus innovante. On se balade à Medellin, la ville du printemps éternel, avec enthousiasme et sérénité. Eloignez vous des quartiers touristiques et vous découvrirez des quartiers plus populaires, très authentiques, où les gens passent leur vie dehors, autour des cafés, des places et des marchés.

Ce qui interpelle en premier le touriste, c’est l’énergie positive que les colombiens vous transmettent. Les sourires sont gratuits et se consomment au quotidien. Acheter un ticket de métro, commander un jus de fruit frais ou demander son chemin, tout se fait dans une ambiance de décontraction et d’amabilité sincère.

Après quelques jours sur Medellin, il était temps pour moi de partir à la chasse aux belles routes, aux pistes amusantes et aux paysages de cartes postales. Cap vers le Sud, dans la région du café. Je me souviens des regards étonnés quand je traversais cette région avec mon chargement sur le vélo, j’ai retrouvé ces mêmes regards posés sur mon véhicule plein de boue.

A bord d’un petit 4X4 Vitara, armé de deux bons GPS, d’une carte routière et d’un cahier de notes, j’ai arpenté les petites routes, celles qu’on distingue à peine sur les cartes, qui se perdent dans les forêts ou le long d’une rivière. Il a fallu rebrousser chemin à plusieurs reprises, revenir sur ses pas, changer de direction, forcer le passage à travers un champ de café pour éviter un énième retour en arrière.  Je me suis perdu plus d’une fois avant de trouver une route ou une piste qui répondent à mes envies et à celles des voyageurs Mono500.

La Colombie est étonnante de contraste, vous pouvez quitter Manizales, une ville de taille moyenne en pleine modernisation, pour vous retrouver 30 kilomètres plus loin dans un village qui semble avoir été figé dans le temps. Sur la petite place centrale de Murillo, aux abords du parc national Nevado Ruiz, je compte plus de chapeaux traditionnels que de casquettes, plus de cabines téléphonique que de portables, plus de chevaux que de voiture. Ici, l’équidé reste le moyen de transport le plus utilisé parmi la population locale. Les chevaux patientent à une barre d’attache et leurs maîtres savourent un café fraichement moulu tout en lisant les nouvelles d’un journal datant d’une semaine.

Découvrez nos 2 itinéraires Colombiens :
Decouverte de la Colombie

Le repérage pour un road trip à moto c’est comme le début d’un immense puzzle, on fouille dans un énorme amas de possibilités pour trouver les pièces importantes. Les villages authentiques, classés au patrimoine national, les points de vues, les bons restaurants, les beaux hôtels posent les bases. Peu à peu, l’image globale apparait ; les pistes, les routes secondaires, les lieux historiques viennent combler les espaces manquant. Et puis, on fait des rencontres, beaucoup de rencontres, il ne faut pas hésiter à rendre service, à faire des détours pour ramener des gens chez eux, à discuter, à échanger des idées. Les colombiens sont d’une aide inestimable, ils sont des pièces essentielles à mon puzzle et me permettent d’affûter mon regard sur ce que doit être “l’expérience Colombienne”.

Je continu d’avaler les kilomètres à flanc de montagne, de passer d’un côté à l’autre des crêtes sur ces routes où les lignes droites sont aussi rares qu’une Royal Enfield sans fuites d’huile. Il n’y a aucun doute, la Colombie est taillée pour l’aventure à moto.

Plus au nord je découvre une autre atmosphère aux abords de la ville historique de Carthagène des Indes, balayée par la brise des caraïbes. Rien que ce nom mythique inspire le voyage, une étape indispensable pour tout grand voyageur du monde. D’ailleurs cette ville fût une étape obligatoire pour toutes les richesses amassées par les colons espagnols avant de rejoindre le vieux continent. La ville n’a pas perdu de son opulence ; son architecture, ses couleurs et ses forteresses se visitent au son de la musique locale, la « Champeta ».

Je ferai plus de 9000 kilomètres en 3 semaines pour en retenir 2000, je visiterai plus de 60 hôtels pour n’en garder que 12. Les bases de ce puzzle sont posées et j’invite maintenant tous les voyageurs, avides d’aventures et de découvertes, à venir vivre “l’expérience Colombienne” sur nos légendaires Royal Enfield 500 Classic. Nous comptons sur vous pour apporter votre pièce à ce puzzle en perpétuel changement.

Découvrez nos 2 itinéraires Colombiens :
Decouverte de la Colombie

Reportage Equateur dans le Journal de TF1

L’équipe de Mono 500 Equateur a eu le privilège de recevoir les journalistes Romain Reverdy et Nastasia Haftman. Les deux envoyés spéciaux de TF1 en Amérique Latine ont suivi un groupe de motards qui a rejoint Mono 500 pour partir découvrir le pays en Royal Enfield.

L’Equateur, ce pays d’Amérique latine est connu dans le monde pour avoir donné son nom à la ligne qui coupe la terre en deux mais on connait moins ses atouts touristiques. Il est notamment un paradis pour les motards.

L’Equateur, terre des milles virages, terrain de jeu idéal pour Sylvie, Véronique, Olivier et Hervé, 4 motards passionnés. Les voila partis pour 2300km en deux-roues…

Diffusion le 27 août 2017

DECOUVREZ NOS CIRCUITS A MOTO EN EQUATEUR

Raid des Volcans

terre des 4 mondes

La Recette de Mono 500 pour un Ride Parfait

Prenez deux terrains vagues riches en minéraux et trempez les dans l’eau. Ajoutez une pincée de sel et faites les cuire à feu doux. A l’aide d’une cuillère en bois, entrechoquez les deux terrains pendant quelques millions d’années. Portez l’eau à ébullition et laissez l’activité volcanique agir !

 Une fois le coulis de roche volcanique bien réparti sur une bonne moitié du terrain, laissez reposez quelques millions d’années à l’air libre pour une parfaite érosion et sédimentation. La petite quantité d’eau restante n’est pas gênante, elle donnera lieux à des magnifiques richesses naturelles.

Ca y est, c’est cuit ! La Quebrada de las flechas, un environnement naturel exceptionnel situé entre la ville du vin : Cafayate et Cachi, un village authentique de la vallée Calchaquies.  N’oubliez pas, avant de la servir à vos invités, d’ajouter une bonne poignée de sable.

Réunissez à présent  un groupe d’amis, vous savez ; ceux avec qui on peut s’engueuler, pleurer, crier mais aussi déconner, partager, et se marrer. Il faudra être plusieurs, pour tout manger et ne rien laisser. Pour être sur qu’un tel ride s’inscrive dans la mémoire collective.

Faites maintenant confiance à l’équipe Mono500 et laissez vous embarquer pour un voyage moto unique, un véritable slalom à travers des formations rocheuses impressionnantes aux multiples couleurs. Un décor époustouflant qui aura raison de votre imaginaire. Il n’est d’ailleurs pas rare de se demander si on est bien en Argentine, ou si notre avion ne serait pas égaré sur un petit bout de Lune.

Les pistes de cette étape sont taillées pour l’aventure à moto. Les virages virolant, La poussière poussiéreuse, le sable grincheux, et la boue boueuse,  apportent les piments nécessaires à un tel festin. La Royal Enfield, notre légende de cœur, fait office d’ustensile pour avaler les kilomètres sans y laisser une miette, seulement un peu d’huile.

Cette étape est un peu comme un repas de famille, on en sort rassasié. L’authentique petite ville de Cachi nous permet d’apprécier la culture andine, de trinquer sur la place centrale à la santé d’une recette réussie et de nous offrir en fin de journée, le confort mérité. 

La cerise sur le gâteau : votre guide moto Mono500, véritable cordon bleu, concocte déjà une nouvelle recette pour la journée du lendemain. 

N’hésitez à jeter un coup d’œil sur nos programmes détaillés.

 

Texte: Simon Basuyau