LA CORSE À MOTO, POUR LA BEAUTÉ DU RIDE

Clément, tu connaissais déjà la Corse, pourquoi vouloir y retourner en moto?

Oui j’ai eu la chance de découvrir la Corse en bateau il y a quelques années. C’était l’occasion de changer de point de vue et de l’apprécier de l’intérieur. Nous avions autant envie de découvrir les routes et les villages que leurs habitants.

Où avez-vous trouvé votre moto et comment l’as tu préparé?

On est un peu parti sur un coup de tête. Ça faisait un moment que je regardais les annonces d’Africa Twin surLeboncoin.fr et lorsque mon pote m’a proposé de partir on s’est rapidement décidé pour une 650cc de 1989. Nous avons rencontré le propriétaire qui est un vrai passionné de motos et de mécanique et le courant est tout de suite passé. Il nous a beaucoup conseillé et nous a même fait de l’assistance en ligne. C’était rassurant d’être en contact avec quelqu’un qui connait bien la moto.

Pour ce qui est de l’équipement, nous avons fait au plus simple et au plus économique. Il nous fallait un bon système pour les bagages. Nous avions pensé prendre des sacoches cavalières et un grand top case mais pas assez pratique finalement (pas de possibilité de monter des affaires par dessus le top case donc perte de place). Du coup on a fabriqué un grand porte bagage pour sangler toutes nos affaires. Trois tubes carrés en alu, des tiges transversales, des colliers en acier pour la fixation et c’était parfait. RIP ce beau porte bagage qui a souffert lors d’une chute sur les pistes du desert des Agriate! Nous l’avons remplacé par une ancienne grille à pain tout aussi pratique trouvée dans une décharge.

Après avoir durci la suspension arrière, acheté une bombe de WD40 et une de graisse pour la chaine c’était parti.

Expliques nous votre choix d’itinéraire?

Disons que le but du trip était de faire le  » tour de Corse » et de rentrer dans les terres le plus souvent possible pour découvrir la « Corse profonde »

Ton budget global en 3 lignes?

Tout est un peu cher en Corse. Par exemple, Ils n’ont pas de 98 et te vendent le 95 plus cher que le 98 sur le continent.. Au total on a dépensé  1000€ chacun sans compter la moto et les équipements.

Quelles étaient vos expérience moto avant de partir?

Rémi n’était jamais monté sur une moto auparavant donc ce fut une grande découverte. Pour ma part, j’ai appris à faire de la moto sur une 80 surpuissante sur les traces de Gille Lalay, dans le Limousin. J’ai eu par la suite une Yam DT 125 qui n’a pas fait beaucoup de route parceque je n’avais pas le permis. Après j’ai fait un trip fabuleux entre Cusco et le Machu Pichu sur des Honda 250 avec un pote. Donc plus de passion que d’expérience je dirais.

Avez-vous rencontré d’autres motards? Quel genre, quel kiff?

Il faut dire que les motards qu’on a rencontré étaient en gros groupes, fermés hermétiquement dans leurs combinaisons intégrales en cuir sous le soleil. Je les ai trouvé un peu sur-équipés et j’ai l’impression que ça enlève du plaisir. Après, chacun son truc… .

Quels sites, villages, paysages t’ont le plus marqué sur l’ensemble du voyage?

Sans aucun doute, Millau. Deuxième étape après le départ de Paris. Une belle arrivée de nuit. Millau, son beau viaduc, son village désert et ses campings fermés ! Non sérieusement, toutes les routes du littoral sont à couper le souffle. Des vues magnifiques sur la mer juste au dessus des falaises. Mais l’endroit qui m’a le plus marqué finalement c’est la toute petite route qui longe les gorges de la Restonica en partant de Corte.

Belle succession de petits lacets ( usage du klaxon) qui montent et  un territoire naturel vierge d’une immensité à donner le vertige.

As-tu réussi à faire les photos que tu voulais?

Ahah, oui je me suis amusé, je voulais faire un album un peu différent de ceux qu’on a l’habitude de voir. Il s’appelle « les routes corses » et mon idée était de le prendre au pied de la lettre. J’ai donc pris des routes corses. C’est un peu une litote, j’ai voulu montrer moins pour suggérer plus. Évidemment j’ai aussi fait un album plus classique avec des photos souvenirs.

Pas trop dur pour ton passager ? Comment a t il vécu le trip?

Oui Rémi n’a pas le permis. Il m’a impressionné ! Perso je ne sais pas comment il a fait, j’aurais était incapable de faire presque 4 000 bornes à l’arrière. Il a adoré, les bagages lui faisaient un grand dossier pour se reposer le dos et nous n’avons pas fait de très longues étapes non plus. On avait l’impression d’être sur un A380 tellement on était stables avec notre aileron.

Les Corses n’en ont pas marre de voir les motards par milliers dévaler leurs routes chaque année? Comment avez-vous été accueillis?

Les Corses sont difficile d’accès. Ils sont jaloux de leur belle île et ça se comprend. Donc un peu austères aux premiers abords mais avec une ou deux bonnes blagues, ils se délient et sont capable d’une grande générosité. Nous avons fait peu de rencontres mais des très belles.

Parles-nous de ton prochain road-trip?

Le prochain trip ? C’est intimidant d’en parler. Je trouve ça intime. En gros, mon projet c’est un voyage au long cours jusqu’en Asie du sud-ouest, surement avec la même moto. Je pars avec mon appareil photo pour me déconnecter, pour gouter au nomadisme avec une grosse envie de découverte et d’aventure. Mais ça, c’est une autre histoire…

Propos & images de Clément B.

Découvrez toutes les galeries de photos de Clément sur son site

A lire également

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée