La faune terrestre à Madagascar

Telle une arche de Noé posée au large du Mozambique, Madagascar abrite un écosystème d’une exceptionnelle richesse.

L’île – cinquième plus grande au monde et la plus vaste de l’océan Indien – représente moins de 0,4% des terres émergées mais accueille plus de 5% des espèces animales du globe, à 90% endémiques : vous ne les croiserez que là, au détour d’un chemin forestier, au creux d’un ruisseau ou au débouché d’une piste, nulle part ailleurs…

Partager cet article : 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Madagascar, une biodiversité d’exception

Parmi elles, à tout seigneur tout honneur, les lémuriens sont sans doute les plus emblématiques.

Les ancêtres de ces attachants petits primates, cousins des singes (et des hominidés !), ont quitté le continent africain il y a plus de 60 millions d’années pour arriver sur l’île. Sans concurrence majeure, ils s’y sont plu, au point de développer ce que certains considèrent comme un « infra-ordre », rien que ça !

Si les plus grands sont désormais éteints, on en compte encore aujourd’hui une centaine d’espèces*. Leurs grands yeux réfléchissants dans le noir et leurs cris saisissants ont dû faire forte impression sur les premiers naturalistes qui les ont nommés d’après les lémures, ces fantômes de l’antiquité.

Tour à tour facétieux, paisibles, hardis ou craintifs, indris, makis, microcèbes, ils forment l’étonnant petit peuple des grands arbres (et même pour l’un, cas unique au monde, des roseaux…). La plupart vivent dans les aires protégées de l’île qui, confrontée à la déforestation, œuvre à sanctuariser plusieurs de ses forêts primaires pour les sauver du déclin. Et le travail commence à porter ses fruits !

Croiser leur regard d’agate, d’ambre ou de grenat constitue un moment inoubliable, hors du temps, et qui sait, si vous plaisez à un sifaka, peut-être viendra-t-il se percher sur votre épaule pendant votre balade…

Verreaux's sifaka photographed in the Berenty Reserve of Madagascar.

Sur la deuxième marche du podium en nombre de variétés, les reptiles ne sont pas en reste avec plus de 360 espèces recensées, là aussi endémiques à plus de 90%

Hormis les crocodiles (souvent sacrés à Madagascar) et les serpents de mer, aucune n’est dangereuse pour l’homme.

Impressionnant boa ou redouté « menarana », tortues terrestres et marines ou encore l’étonnant uroplatus phantasticus, gecko reconnaissable entre mille par sa queue en feuille et son regard… disons spécial, côtoient une extraordinaire cohorte de lézards et caméléons, dont les spectaculaires furcifer labordi, aux motifs élaborés, pardalis, le fameux caméléon panthère, et autres calumna et brookesia, dont le plus petit caméléon du monde, à peine plus grand qu’une tête d’allumette !

Sans oublier les amphibiens, ou plus exactement les anoures, puisque seuls crapauds et grenouilles sont représentés, mais avec quel panache !

99% sont endémiques, comme le frappant crapaud rouge, la délicate mantella aurantiaca ou l’extravagante scaphiophryne gottlebei.

Et si vous avez plutôt la tête dans les nuages, une page entière pourrait être réservée aux innombrables oiseaux de l’île.

Comme partout ailleurs, la biodiversité y est fragile et menacée, mais son insularité et la variété de ses territoires ont fait de Madagascar un havre unique au monde pour la vie sauvage.

* Toujours selon certains : la classification des lémuriens de Madagascar, actuellement débattue, nourrit des discussions d’une insondable complexité… Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à consulter les travaux du Muséum national d’histoire naturelle, qui compte de remarquables spécialistes sur le sujet et a mis en place plusieurs programmes d’étude et de sensibilisation, dont le Festival international des lémuriens.

Partir à Madagascar avec Mono 500 cet automne, c’est choisir :

#UNE MÉCANIQUE AUTHENTIQUE

La moto, une Royal Enfield 500

Avec son look rétro, le ronronnement reconnaissable de son mono-cylindre, son confort de conduite et sa robustesse pour affronter les hautes altitudes, la Royal Enfield Classic est idéale.

Pour les voyages en duo, elle peut accueillir un dosseret.

#UN CADRE IDYLLIQUE

Lovés en plein cœur des parcs nationaux, les hôtels en pleine nature offrent tout le confort nécessaire pour se reposer à chaque étape.

Au pied de l’Isalo Rock qui se pare de couleurs orangées au coucher du soleil, les lémuriens s’invitent à l’apéro au bord des piscines naturelles de votre Eco-Lodge.

#UN GUIDE D’EXCEPTION

Soyez guidés par Cédric, un leader au grand cœur

Natif de Madagascar, Cédric parcourt le monde depuis toujours et le partage avec une énergie débordante. Véritable mentor pour Mono 500, ce chef d’entreprise belge est aussi business angel, professeur, conférencier et guide à Madagascar.

“ J’adore faire découvrir les paysages et les populations de ce magnifique pays. La Royal Enfield est particulièrement adaptée à ce type de voyage, c’est pourquoi, dès que je le peux, j’emmène un groupe sur les grands espaces de la route N7 jusqu’à Tulear ”

Cédric - Partner Mono 500

Depuis 2007, nous accompagnons
des motards et motardes
partout dans le monde à la découverte
des grands espaces. Années après
années, nous avons ouvert de nombreuses
routes aux quatre coins du monde.

MONO 500 INTL
c/o Polaris Global Services Ltd
4ter Rue Saint-Georges
Port-Louis – Ile Maurice

logo mono 500

Partagez cet article : 

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email