PAROLES DE GUIDES

Mono 500 vous ouvre les coulisses de cette belle aventure humaine et vous présente son équipe de guides, aux quatre coins du monde.

Simon et l’Argentine

Partager cet article : 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Pilier de Mono 500 en Argentine, mécano et guide hors pair, Simon, français de 33 ans, est argentin dans le coeur. Féru de moto il fait ses premiers road trips à l’âge de 10 ans en France.

guide moto argentine

Portrait

Chef d’atelier moto à Paris, il plaque tout pour faire le tour du monde en bécane. De l’Afrique à la traversée de l’Atlantique en cargo, en passant par la découverte de l’Amérique du Sud, ce parfait globe-trotteur a vu du pays. 

Il pose finalement ses valises en Argentine, ce pays le fascine. Il commence à travailler à Buenos Aires pendant deux ans comme mécanicien moto, puis comme menuisier dans le Nord-Est Argentin.

Je voulais partir et ne pas revenir, j’avais envie de vivre à l’étranger, de découvrir de nouvelles choses

guide moto argentine

La rencontre avec Mono 500

En 2015, après un gros accident de ski qui touche sa colonne vertébrale il doit rentrer en France se faire soigner. C’est là, sur son lit d’hôpital, qu’il voit l’annonce de guide de Mono 500. 

« Un Skype plus tard et me voilà parti dans l’aventure Mono 500 en tant que guide à Salta! »

Pour Simon, cette opportunité a été un nouveau départ : il pouvait retourner en Argentine et s’y installer.  

“Je me souviens très bien ! À peine remis sur pied et de retour en Argentine, me voilà embarqué par Mono 500 pour une grande traversée de Salta au Macchu Picchu (Argentine, Bolivie, Pérou) avec 40 pilotes, pendant 2 mois. C’est pour moi le pied ! 15 000 kilomètres à rouler, partager et réparer.” 

Vraiment dans son élément, il est devenu un pilier de notre projet. 

guide moto argentine

L’amour de la belle mécanique

« Ensemble, nous avons monté notre tout premier garage, un véritable garage de compèt‘. Simon est un expert en mécanique : il a des mains d’or et l’esprit de débrouille dont nous avions besoin ».

Il sait à peu près tout faire sur une Royal Enfield: la viabiliser pour les terrains les plus exigeants, fabriquer des pistons, presser, cercler, souder, passer d’une injection à un carbu (oui c’est le sens inverse de l’histoire, mais c’est plus pratique dans les régions reculées en très haute altitude) … Un véritable chirurgien de la mécanique !

On ne compte plus les soirées, au fond du garage, à réfléchir, améliorer et inventer des solutions qui ne seront dans aucun manuel de propriétaire !

Simon est un vrai accro de la marque Royal Enfield: le ronronnement du mono-cylindre, son caractère mécanique authentique, des organes simples, pas d’électronique inutile et des spécificités de conception qui ont traversé le siècle. 

C’est pour lui la moto parfaite pour les hauts plateaux argentins !

Elle est accessible à tout le monde, facile d’utilisation, esthétique et élégante, mais également très solide et robuste

guide moto argentine
Simon Courrier -Mono500

Le métier de guide moto

Pour ce passionné, être guide, c’est avant tout “s’échapper de la vie quotidienne, avoir sa dose de liberté, mais aussi faire des rencontres humaines incroyables, partager avec les gens cette passion commune : les voyages et les bécanes.  C’est le meilleur sentiment au monde. Les personnes avec qui on voyage ont toujours des personnalités enrichissantes”.

D’ailleurs il a toujours plein d’anecdotes dans son chapeau ! Et d’en citer une qui l’a beaucoup marqué et dont il se souviendra toujours : 

“Ça commence plutôt comme un mauvais souvenir. C’était sur la Route 40 en Argentine, une énorme averse nous est tombée dessus, les eaux de la rivière était montées. On devait traverser plus d’1, 5 m d’eau avec les bécanes. On a dû attacher les motos au 4×4 pour traverser les 80 bornes sous un orage incroyable. On a réussi à traverser, on était tous trempés de la tête aux pieds. Et au moment d’arriver à l’hébergement, on se rend compte que l’électricité a été coupée par l’orage. Heureusement, on a réussi avec la généreuse aide des locaux à trouver du bois et des bonnes bouteilles de rouge. On a fini la journée en se marrant tous au coin du feu de cette épopée incroyable qu’on venait de vivre! ”.

Simon guide moto argentine

Aujourd’hui, cela fait cinq ans qu’il est parti de France. Il tient son garage à Salta, point de départ des aventures altiplanesques Mono 500. 

Quand on lui demande quel est l’endroit qu’il préfère dans ses tours il nous répond, taquin “le plus bel endroit, on ne vous y emmène pas!” … avant de finir par avouer que c’est “une vue sur l’Abra Del Acay, un des plus hauts sommets d’Amérique du Sud.”

Pour rejoindre Simon en Argentine, rendez-vous sur notre site web

Par : L’équipe Mono 500
Crédits photos : Mono 500

Partager cet article : 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Depuis 2007, nous accompagnons
des motards et motardes
partout dans le monde à la découverte
des grands espaces. Années après
années, nous avons ouvert de nombreuses
routes aux quatre coins du monde.

Simon et l'Argentine

MONO 500 INTL
c/o Polaris Global Services Ltd
4ter Rue Saint-Georges
Port-Louis – Ile Maurice